Sorties pédagogiques année 2000-2001

Dans le cadre de la semaine du goût, les loustics au restaurant

Après avoir été invité par le restaurant Beau Site dans le cadre de la semaine du goût, le vendredi 27 octobre 2000, nous nous sommes rendus dans la cité amadourienne en empruntant la voie Sainte depuis la porte de l' Hôpital.

     - Parvenus à destination nous fûmes introduit dans les cuisines où le chef cuisinier nous a remis une toque. Nous fûmes alors répartis en deux groupes : l'un fut orienté vers la pâtisserie et l'autre vers les préparations traditionnelles.

     - Le chef pâtissier (Julien.G) nous a montré les différents ingrédients nécessaire à la réalisation des desserts : sucre roux, sucre blanc, sucre glacé, beurre, farine, œuf, lait et crème. Il nous a expliqué le fonctionnement d' une poche à douille, de la maryse, du saladier cul de poule, du batteur électrique.Certaines recettes nous furent dévoilées comme celles des tartelettes et de la crème pâtissière.

     - Simultanément, l'autre groupe, sous la conduite du chef cuisinier, découvrit la cuisine traditionnelle. Il nous a présenté une tête de cochon et des affiches explicatives sur le porc et l'agneau. Il nous a présenté du foie de canard frais et cuit et nous a dit comment il fallait le cuisiner. Sur des toasts de pain grillé, du foie gras nous a été alors proposé, et nous l' avons dégusté. Ainsi nous avons découvert sa saveur.

     - On nous a expliqué comment préparer un gigot d' agneau fermier du Quercy. D'abord il a fallut le désosser, ôter son gras puis raccourcir l'os.

CUISINE.JPG (7250 octets)
PRODUIT.JPG (7577 octets)
CREME.JPG (6059 octets)
 DESOSS.JPG (6049 octets) FOIE.JPG (6516 octets) COCHON.JPG (5977 octets)
- Ils nous ont présenté une cagette d'écrevisses vivantes (elles ont huit pâtes et deux pinces ) de couleur grise. Ils en ont choisi deux qu'ils ont fait cuire dans le four à vapeur (moins d'une minute). Elles sont devenues alors entièrement rouges.On nous a présenté une sole et on nous a expliqué comment la dépecer et lui ôter ses arrêtes. Une raie nous fût aussi présentée.

     - Le maître d' hôtel nous a conduit alors dans la salle à manger. Il nous a expliqué comment disposer les couverts (fourchettes, couteaux, cuillères, assiettes, verre à eau, verre à vin, (rouge et blanc), flûte à champagne).

     - Les cartes des menus et des plats, celle des vins nous ont été présenté. Comment servir du vin à table nous fut expliqué. Après avoir visité la brasserie, la cave à vins, où le barman et le sommelier nous ont présenté différents types de verres et de cépages,  nous nous sommes promenés dans la cité. Vers midi nous sommes revenus au restaurant prendre le repas qui nous était offert.

ECREVIS.JPG (4575 octets)
SOLE.JPG (3051 octets)
FOIEASS.JPG (3590 octets)   GIGOASS.JPG (5091 octets) TABLE.JPG (8014 octets) CAVE.JPG (4706 octets)
Le menu de ce dernier était le suivant :

Apéritif surprise composé de (San Pellegrino, jus de pamplemousse, d'orange, de raisin blanc et de mangue) avec des décorations de cocktail.
Assiette de foie gras de canard avec compote de figue, toasts grillés, tomate, salade.
Gigot d'agneau fermier du Quercy (flageolets, gratin de pomme de terre avec du Cantal, ventrèche).
Fromage (cabécou) " Rocamadour".
Crème brûlée et madeleines, accompagnée de kiwi, de fraise, de groseille et de framboise.

DIPLOM.GIF (12132 octets)

La cité médiévale de Sarlat

Le 8 juin 2001 nous nous sommes rendus dans la célèbre cité du Périgord noir. Devant l’office du tourisme, nous nous sommes répartis en quatre groupes distincts. Une fois en possession d’un plan de la ville et d’un questionnaire relatif à celle – ci, nous sommes partis à la découverte de la cité tout en essayant de trouver des éléments de réponse aux différentes questions. Le long de nos parcours respectifs, selon nos groupes, nous avons pu observer à loisir la cathédrale Saint – Sacerdos avec ses niches, la tour Saint Bernard par erreur appelée "lanterne des morts", l’église Sainte Marie devenue marché couvert grâce à l’action de l’architecte J. Nouvel. Du fait d’une question nous étions à la recherche du mystérieux symbole de la ville. Plusieurs fois sous nos pas nous avons vu la lettre "S" ou une salamandre mais en fait il ne s’agissait pas du symbole originel qui a la forme "S" avec une tête d’oiseau, un corps de serpent et une queue de poisson. Il est très joliment représenté sur le parvis de l’hôtel de ville du XIIIème siècle. Des habitations sarladaises des XV et XVIèmes siècle étaient pourvues de toiture en Lauzes (pierres de calcaire ) de plus, elles étaient espacées les unes des autres afin d’éviter la propagation des incendies.
Dans le but de mieux nous faire comprendre la vie dans les rues d’une ville moyenâgeuse notre guide nous a décrit avec force détails ce qu’elle pouvait être, ses bruits, ses odeurs, ses gens. Certains d’entre nous purent grimper sur un montoir ( escabeau en pierre) devant une porte cochère.
                                                                                              La classe de C.M. 2


Le blason de Sarlat

Une place saraldaise