Le 24/01/2000                                                                                                                                     retour accueil exposés

L'éléphant

Présenté par : Mario et Sylvain 

SOMMAIRE 

1 Introduction 3 Mode de vie
2 Anatomie de l'éléphant 4 Protection de l'éléphant
5 Conclusion


1 - Introduction :

L’éléphant est le plus gros mammifère terrestre actuel. C’est le seul animal de l’ordre des proboscidiens (animaux munis d’une trompe). On l’appelle pachyderme (du grec pachys : épais, gras ; et derma : peau) comme l’hippopotame à cause de la peau qui les revêt.

Il existe aujourd'hui deux espèces d’éléphants : l’espèce africaine et l’espèce indienne (ou asiatique). Mais, grâce aux fossiles, les biologistes ont pu recenser 350 espèces disparues : certaines vivaient au temps de l’homme préhistorique, d’autres évoluaient sur la terre il y a 70 millions d’années et étaient peu ressemblants à leurs descendants d'aujourd'hui ; le mastodonte, le mammouth, par exemple, sont des produits évolués des premiers éléphants d’autrefois. Les éléphants qui leur succédèrent avaient tous de longues trompes et de grosses défenses (dents recourbées) qui caractérisent encore les deux espèces que nous connaissons.

Nous allons maintenant dans une première partie décrire l’anatomie de l’éléphant ensuite étudier leur mode de vie et apprendre à le protéger.

2 - Anatomie de l’éléphant :

Le squelette : Robuste, il compte plus de 200 os et permet à l’animal une grande mobilité*. L’éléphant peut nager, charger, ou se dresser sur ses pieds. Son squelette est associé à une masse musculaire très importante.
Les membres : Les éléphants ont des membres longs et gros comme des piliers. Les doigts des pieds s’appuient sur le sol en position digitigrade*, sur le bout des doigts, par l’intermédiaire d’un coussin élastique qui sert d’amortisseur. Malgré leur poids, il ne laisse, sur le sol sec, que des traces peu profondes.
Le crâne : il est creusé de cavités remplies d’air, ce qui en réduit le poids, mais il peut peser à l’âge adulte près de 300kg.
Les oreilles : la température du corps de l’éléphant est d’environ 35,9°, les oreilles jouent un rôle essentiel dans la régulation de cette température interne et aide l’animal à supporter les heures les plus chaudes de la journée.
La trompe : elle est le résultat du développement conjoint du nez et de la lèvre supérieure. Particulièrement longue, constituée de milliers de muscles, sans os, ni cartilage*, la trompe assure de multiples fonctions : boire, s’asperger d’eau ou se couvrir de poussière, saisir la nourriture jusqu’à 8 mètres de haut, communiquer avec les autres membres de la troupe. Elle se termine par deux lobes chez l’éléphant d’Afrique et un seul chez l’éléphant d’Asie.
Les défenses : Elles commencent à pousser vers l’âge de 12 mois, après la chute des incisives* de lait. La structure de l’ivoire est une succession de courbes entrecroisées qui donnent un aspect moiré. Elles sont de précieux outils que l’éléphant utilise pour creuser le sol, enlever l’écorce des arbres, mais elles ont aussi une fonction d’offensive dans les combats qui opposent parfois les grands mâles. Elles peuvent dépasser 3 mètres de long et environ 100kg. Les défenses de l’éléphant d’Asie sont généralement plus courtes et leur poids ne dépassent guère 40kg.
La peau : Fine au niveau des oreilles et de la bouche, elle atteint 3cm sur le dos. Pour prévenir les invasions de parasites ou la déshydratation, l ‘éléphant alterne bains, poudrages et massages.

3 – Mode de vie :

    Un troupeau d’éléphants vit tout l’année sur un vaste domaine qui peut varier de 1000 à 1500 km², en fonction de l’aridité du sol, des contrastes entre saison sèche et humide et surtout de la bienveillance des hommes.
    Le troupeau varie de 10 à 50 individus, c’est la quantité de nourriture qui régule les effectifs, sous l’autorité d’une éléphante adulte. Les mâles passent la journée en solitaires, ils retournent vers le troupeau qu’à la nuit tombée. Chaque membre du groupe respecte la hiérarchie établie, seule la limite d’âge oblige la dominante à céder sa place.
    Les mâles se livrent souvent à des joutes dont l’enjeu est le privilège de s’accoupler avec les femelles. Ces joutes sont exceptionnellement mortelles.
    Une éléphante peut donner naissance à un éléphanteau tous les 4 ans, la durée de gestation varie de 21 à 24 mois. A la naissance celui-ci pèse environ 100kg et atteint l’âge adulte à 5 ans et pèse près d’une tonne.
    L’éléphant est un herbivore, il mange une grande partie de la journée et de la nuit. Plus des trois quart de sa vie est consacrée à la recherche de végétation comestible. La trompe est pour lui un outil ultra performant, grâce à elle, il arrache les herbes et les feuillages, cueille les fleurs et les fruits, détache les écorces, déterre les racines… et porte le tout à sa bouche pour une rapide mastication. Deux doigts terminent la trompe de l’éléphant d’Afrique, un seul pour celui d’Asie. Ils lui permettent de ramasser un objet de la taille d’un clou de girofle !
    Cette trompe joue également un rôle de pompe-réservoir, donnant à l’éléphant la possibilité de boire en moyenne une centaine de litres d’eau par jour. Elle fait également office de tuba, lui permettant de traverser sans problème les rivières et les fleuves.
    Les lions, les crocodiles et les hyènes représentent des menaces potentielles pour les éléphanteaux. Les adultes se méfient terriblement de ces prédateurs surtout à proximité des points d’eau où les jeunes sont les plus vulnérables.

4 – Protection de l’éléphant :

    L’éléphant d’Afrique est en train de disparaître de son milieu d’origine, en 1982 il y avait encore 1 200 000 éléphants sauvages ; en 1989, il n’en restait plus que 609 000 !
    Au moyen Age avec le développement du commerce avec l’Afrique, la chasse a lentement progressé. Au 18ème et 19ème siècle, les esclaves portaient l’ivoire brute vers les ports Européens et de l’Extrême Orient. L’ivoire servait à fabriquer des manches de couteaux, boules de billards, bracelets, pointes de lances et hameçons.
    Les années 1970 furent les plus meurtrières du siècle. Entre 1970 et 1977, le Kenya a perdu plus de la moitié de ses 120 000 éléphants. Les États africains ont alors interdit le commerce de l’ivoire. Cette interdiction a fait augmenter la valeur de l’ivoire et donc, le commerce illégal.
La menace qui pèse sur l’éléphant d’Afrique a atteint un point critique :
Sécheresse et famine les oblige à migrer vers de nouvelles terres cultivées, détruisant des récoltes et effrayant les villageois. Ceux-ci répliquent souvent avec le fusil.Les services de protection essaient de les renvoyer vers leurs pâturages d’origine, en 1974, les quatre cinquième des éléphants du Rwanda, devenus incontrôlables furent abattus.L’extension des terres agricoles, des pâturages, des cultures de maïs et de café, grignotent l’habitat des éléphants, de même que les constructions de villages et de routes.S’il reste assez de place pour l’éléphant d’Afrique, la menace des braconniers demeure.Des mesures de protection ont été prises en créant des réserves naturelles surveillées par des gardes pour refouler les braconniers.Ces réglementations se sont avérées efficaces, entre 1985 et 1988, la quantité d’ivoire vendue, chaque année est passée de 700 tonnes à 200 tonnes seulement.Et depuis 1989, le commerce a pratiquement cessé.

 5 – Conclusion :

    Nous avons choisi de traiter ce sujet car l’éléphant est un animal noble, tranquille et sage. Malheureusement en voie de disparition, nous avons voulu en expliquer les raisons.
    Nous pensons que le plus important est de refuser d’acheter ou de porter de l’ivoire et d’expliquer à vos amis et aux vendeurs que ce bel animal peut disparaître à tout jamais.

Lexique :

Eleph.jpg (10365 octets)

mobilité* : facilité à se mouvoir, à changer
digitigrade* : qui marche en appuyant les doigts et non la plante des pieds sur le sol
cartilage* : tissu résistant et élastique formant le squelette de l’embryon avant l’apparition de l’os (oreille, nez)
incisives* : dents des mammifères aplaties, tranchantes, pourvues d’une seule racine.

Retour accueil exposés