La sortie au musée de Cuzals ( le 11 décembre 2000)


Le château de Cuzals


La vallée sèche


La chaumière du XVIème siècle 

     Pierre Leboulch nous a accueilli chaleureusement et nous a présenté le puits à manège situé dans la vallée sèche au pied du château. Sur les versants de cette vallée, on pouvait découvrir deux types de fermes. La loge est réalisée à partir de fermes (ossature de la charpente) sur lesquelles repose le toit constitué de chaume (paille de seigle). Ce type de construction était destiné à stocker la paille, le foin et les outils. Les principaux risques encourus étaient le feu, le vent et les animaux s'attaquant à la toiture végétale.

La chaumière abritait sous un même toit les animaux et les hommes. D'un côté il y avait l'étable et de l'autre la maison proprement dite orientée au sud pour bénéficier d'un ensoleillement maximum. L'unique pièce était chauffée par la cheminée. Le fait que la charpente repose à même le sol permettait d'avoir des murs en torchis et pierre de faible épaisseur. Les aliments y étaient conservés dans du sel (saloir), de la graisse ou dans les panières en osier (pour les légumes, les céréales et les légumineuses). L'eau tirée du puits, une fois utilisée, était évacuée via un trou dans le mur vers l'enclos du cochon (animal roi). 
Différents outils réalisés par les paysans nous furent présentés : l'araire qui écorche la terre (tractée par un âne), la houe qui la retourne, la faucille pour moissonner, le fléau qui sépare les grains de la paille, le van pour enlever les impuretés, le tamis pour trier les grains et enfin la cognée qui servait à défricher et à couper le bois. Un panier souple en paille de seigle et en écorce de ronce séchée et osier servant à conserver les fruits de ces récoltes nous fut aussi présenté. 
Pour nous rendre à la seconde ferme représentative du début du XXème siècle, nous nous sommes arrêtés devant un lac de Saint-Namphaise (lac creusé dans la roche afin de collecter les eaux de pluie et de ruissellement dans le but de servir d'abreuvoir pour les animaux). Une fois parvenus à la ferme, nous avons observé un "Travail" (afin de ferrer les bovins et les chevaux ), puis nous nous sommes rendus à la grange où nous avons pu découvrir une charrue, une faucheuse, une moissonneuse , et un tombereau très utile pour tous les travaux quotidiens de la ferme. Une citerne à eau alimentée par les eaux de pluie ( récupérées par les gouttières ) se trouvait accolée à la maison, juste à côté d'un four à pain.
L'habitation proprement dite, est située au dessus de la cave où est stocké le vin et sous le grenier où est entreposé le grain en train de sécher (en fait entre les deux richesses du paysan). Une table dressée, entourée de ses bancs trônait, face au cantou, devant la souillarde ( lieu de l'eau ) et à côté du lit des grands-parents (3 générations sous un même toit). La chambre était à côté avec son lit principal, ceux des enfants et son armoire. Pour se laver les mains une fontaine était régulièrement remplie. Au dessus de la table, on pouvait voir un ratelier à pain. A côté du cantou était construit un système de four (tourtière) utilisant les braises pour bien cuire dessus et dessous les tartes.
Profitant du temps ensoleillé, et de la superbe vue qui nous était offerte nous avons pique-niqué sur la terrasse, sur les marches et dans  le jardin du château. Les oies, les canards, les chiens et chats nous ont tenu compagnie.


La loge vue par un loustic

Intérieur de la chaumière

Le puits à manège

Le puits à balancier vu par un loustic

Quelques outils

Ferme Quercynoise du début du 
XXème siècle


Le lac de Saint Namphaise
vu par un loustic


Le Pech Thaya vu par un loustic


 La chambre de la ferme
A la découverte de la végétation  autour de Cuzals

Après notre déjeuner, Yves Segond nous a montré différentes représentations de l'espace que nous étudions :
 
- Carte de Cassini
- Carte IGN récente (1/25000)
- Photographie aérienne en noir et blanc.
et nous avons essayé de nous y repérer.

Enfin, nous nous sommes dirigés vers le Pech de Thaya en empruntant un sentier bordé d'arbustes, d'arbres et autre végétation typique du Causse. Nous en avons répertorié quelques uns :
- genévrier
- aubépine
- troène
- églantier
- érable de Montpellier et champêtre
- chêne pubescent
- noisetier
- buissons ou arbustes épineux
- cornouiller sanguin, mâles
- prunellier
- buis
- hêtre
- lavande (témoin d'une ancienne lavanderaie)
- pistachier térébinthe

Le long de notre promenade, nous avons remarqué quelques traces d'animaux : chevreuil, écureuil, sanglier, lapin, moutons. Une fois parvenus au sommet, nous avons essayé de lire et de comprendre le paysage qui s'étendait sous nos yeux. Nous aurions dû grimper dans un arbre afin d'observer le paysage depuis une cabane en bois mais nous n'avons pu le faire faute de temps. Pour regagner notre point de départ, nous avons traversé le bois de charme et sommes passés sous un tunnel de buis..


Vue depuis le Pech Thaya