Lettres de Présentation Questions réponses Le roman franco-québécois Retour correspondants
Suite à une annonce parue sur le site "premiers pas sur internet" dans le but de correspondre avec des enfants francophones de notre âge, nous avons reçu un courrier électronique de Sainte- Julie (Québec-Canada) acceptant notre proposition. Voici un tableau réalisé par nos soins établissant une comparaison entre nos deux pays.
Nom du pays 

wpe2.jpg (1098 octets)

France

wpe3.jpg (1098 octets)

wpe4.jpg (1229 octets)

Canada

wpe5.jpg (1229 octets)

Continent  Europe

Américain (Nord)

Capitale  Paris

Ottawa

Superficie  549 000 km²

9 976 140 km2

Population  58 200 000

29 463 000 (1995)

Langues officielles  Français

Anglais, Français

Régime politique République

Confédération, Démocratie parlementaire

Devise Liberté, Égalité, Fraternité

D’un océan à l’autre

Hymne La Marseillaise

O Canada !

Unité monétaire 1 franc=100 centimes

1 dollar canadien (Can$)= 100 cents

    Ste Julie se situe dans la banlieue Nord-Est de Montréal (Québec, Canada) à environ 15 kilomètres de celle - ci.

Cancarte.jpg (28914 octets)

Lettres de présentation :

Date : 20 septembre 1999

De : Josianne Danserreau alize@videotron.ca
A : rocamadour46.cm2@wanadoo.fr
Objet : Proposition de correspondance scolaire

Bonjour,
Mes élèves et moi serions d'accord pour correspondre avec vous. Peut-être pourrions-nous commencer par une lettre de présentation ? Pour la suite de la correspondance, nous pourrions établir différents projets.
Nous attendons votre première lettre.
Josianne Dansereau, enseignante.
CANNEIGE.JPG (6037 octets)

 Notre réponse : le 21 septembre 1999

 Bonjour,
Nous sommes une classe de C.M.2 c'est à dire composée d'enfants de 10 et 11 ans fortement motivés à l'idée de correspondre pour la première fois avec d'autres enfants francophones et notamment avec des québécois. Voila, nous sommes 12 élèves dans la classe de M. Castanié et nous habitons un merveilleux site classé nommé Rocamadour dans la région Midi-Pyrénées, et plus précisément dans le département du Lot. Que vous dire de plus sinon que notre attente est forte et que nous serions ravis de correspondre avec vous ! Si vous le souhaitez, vous pouvez avoir un avant goût de notre région en allant butiner sur notre site réalisé cet été dont voici l'adresse : http://perso.wanadoo.fr/ecole.rocamadour
A très bientôt.
P.S. : nous avons repris les cours depuis le 1er septembre.
Jean-François Castanié et ses élèves

Lettre de présentation du Jeudi 30 septembre 1999
Objet : lettre de présentation des élèves de C.M.2 de la classe de Rocamadour

Bonjour à nos cousins de la Belle Province,

    Rocamadour est situé au nord du département du Lot dont la préfecture est Cahors, la commune ne compte que 614 habitants.
    Au niveau administratif nous dépendons de la région Midi-Pyrénées dont la préfecture régionale est Toulouse. Cette région compte 8 départements.
    L'origine du nom de notre cité tient à la découverte intacte, à proximité de son église, en 1166 du corps parfaitement conservé de Saint Amadour, décédé depuis fort longtemps. De là, le lien Roc/Amadour (Roc venant de rocher). Tous les ans, un pèlerinage a lieu, et cette année des polonais l'ont effectué. Autrefois, ( au Moyen-Age), de nombreux pèlerins depuis toute l'Europe venaient à Rocamadour en suivant le chemin de Saint-Jacques de Compostelle (Galice-Espagne), se recueillir dans la chapelle auprès  de la Vierge Noire, après avoir gravi à genoux les 216 marches qui séparent le sanctuaire de la rue principale de la cité.
    Rocamadour est le deuxième site de France de par sa fréquentation touristique, après le Mont Saint Michel situé en Normandie. Le site est très pittoresque car le village est accroché au rocher au-dessus de l'Alzou (petite rivière).
    Notre établissement est situé sur un plateau calcaire, à 257 mètres d'altitude dominant la cité historique de Rocamadour et la vallée de l'Alzou. Nous faisons parti d'un R.P.I. (Regroupement Pédagogique Intercommunal) qui comprend les communes de Miers, Padirac, Rignac, Alvignac et Rocamadour.
    De nombreuses manifestations existent dans notre cité, notamment les montgolfiades qui ont lieu le dernier week-end de septembre. C'est un très grand rassemblement de montgolfières. Cette année le radeau des cimes était présent (c'est le plus grand dirigeable du monde) ainsi qu'une vingtaine d'autres aérostats.
    Le week-end de pentecôte est organisée une foire aux fromages avec concours, expositions et dégustations où l'on peut découvrir la fabrication de fromages de chèvres appelés "Rocamadour" mais aussi de nombreux autres, français et étrangers.

Amicalement, les élèves de Rocamadour.
Retour haut de page

Questions et réponses à nos amis québécois :

Quelle est la température la plus fréquente chez vous en cette saison ? votre type de climat ?

Ces jours-ci, la température varie entre – 25° et – 45° (avec le facteur vent). Hier matin, nous avons eu une surprise, il y avait deux fois plus de neige que la veille. Nous avons reçu entre 15 et 20 centimètres de neige. Cette bordée nous a bien surpris car il n’y avait pratiquement pas de neige à Montréal. La semaine dernière, il faisait + 10°. On se croyait au printemps. Quelques jours plus tard, la température chutait à – 40 degrés. 50 degrés de différence en l’espace d’une semaine !

 Comment avez vous fêté Noël ?

Les québécois fêtent tous Noël d’une façon similaire. On se réunit en famille pour échanger des cadeaux. Puis, on organise un souper de Noël. Au menu : de la dinde, de la tourtière, des petites sandwichs, du ragoût, de la bûche de Noël (comme dessert),du " six pâtes ", des canneberges. Nous faisons un réveillon le 24 décembre, puis le 25 nous fêtons Noël. Le 24 décembre, les gens se réunissent pour la messe de minuit. Dans la classe, 8 élèves y sont allés.

Quel est l'instrument de musique le plus populaire au Québec ?

Nous ne savons pas exactement quel est l’instrument de musique le plus populaire au Québec. Toutefois, nous avons fait un petit sondage auprès des élèves de notre classe pour savoir ce qu’ils en pensaient.
Guitare : 18 " Bass " : 0 Violon : 0 Batterie : 0 Piano : 4 Flûte : 0

Craignez - vous le froid ?

Non. Nos maisons sont assez bien isolées pour affronter nos hivers. Nous sommes très surpris par votre question car nous n’avons jamais entendu rien de pareil. Où avez-vous entendu cette rumeur ?

Savez vous qu'il y a eu un pétrolier qui s'est échoué le long des côtes Atlantique françaises ?

18 élèves de la classe ont vu cette nouvelle à la télévision. Comment avez-vous réagi en entendant cette tragédie ? Habitez-vous près de l’endroit où cet incident est arrivé ? Avez-vous participé aux opérations de nettoyage ?

Combien avez vous d'équipes de hockey sur glace à Montréal ? Quelle est la plus célèbre et prestigieuse d'entre elles ?

L’équipe qui représente Montréal se nomme les Canadiens de Montréal. Elle est la seul équipe professionnelle qui joue pour Montréal. Nous avons aussi une équipe féminine " Le Winstar de Montréal " dans laquelle deux filles de Ste-Julie jouent. L’équipe en est à sa première année et elle est de plus en plus populaire. Ces temps-ci, on peut dire que notre équipe (les Canadiens) est la meilleure… perdante ! Un des gardiens de cette équipe est originaire de Ste-Julie ; José Théodore.

Connaissez vous l'origine de vos ancêtres européens ? français ?

6 élèves de la classe ont, à la maison, un arbre généalogique. Mais tous les élèves ne sont pas d’origine française. Kevin est d’origine haïtienne et chinoise , Emmanuelle a des ancêtres européens français et écossais/irlandais, Christine est d’origine polonaise et italienne, Éric a du sang irlandais, Josiane et Pamela auraient du sang indien et Maxime anglais. Au Québec, nous n’étudions malheureusement pas beaucoup nos origines. Dans le système d’éducation, on dit même que c’est une grave lacune.

Seriez vous partant pour écrire une histoire avec notre classe ?

Nous sommes d’accord avec votre proposition. Nous attendons impatiemment le début de ce périple ! Nous avons fait un petit sondage pour connaître les intérêts des élèves quant au type d’histoire.

  1. un conte imaginaire : 5
  2. un histoire drôle : 7
  3. une histoire d’amour : 2
  4. un conte d’aventure : 2
  5. un récit de science de fiction : 7
  6. un policier : 0

À partir de ces résultats, faites votre choix en envoyez - nous le début de l’histoire que nous poursuivrons avec plaisir.

 À notre tour de vous questionner !

  1. Avez-vous un centre-ville ? Qu’est-ce qu’on y retrouve ?
  2. Combien d’élèves y a-t-il dans votre classe ? dans votre école ?
  3. Quels sont vos horaires de classe ?
  4. Est-il vrai qu’il y a plus de magasins de fromages que de restaurants ordinaires ?
  5. Quels sont les mets les plus populaires parmi les élèves ?

Réponses à nos amis québécois :

Avez-vous un centre-ville ? Qu’est-ce qu’on y retrouve ?

A proprement parler, non nous n'avons pas de centre ville car nous habitons un village qui comprend 614 habitants - Padirac 168, Alvignac 573, Miers 398, Rignac 258 - sont les autres villages de notre R. P. I. (Regroupement Pédagogique Intercommunal) mais la commune de Rocamadour étant très étendue, elle dispose d'une cité médiévale qui avec sa rue principale fait office en quelque sorte de centre ville. En effet, y sont regroupés l'hôtel de ville (dans un hôtel médiéval), l'office de tourisme, la poste, de nombreux restaurants, et boutiques, etc… Cette rue porte le nom de Roland le Preux.

Combien d’élèves y a-t-il dans votre classe ? dans votre école ? Quels sont vos horaires de classe ?

Notre école à Rocamadour comprend 34 élèves réparties en 2 classes : Cours moyen 1ère année( cm1) et cours moyen 2ème année( cm2). Ces deux classes sont composées d'élèves âgés de 9-10 ans pour le CM1 et 10-11 ans pour les CM2. Elles font toutes les 2 parties avec la classe de Cours élémentaire 2ème année d'un cycle éducatif appelé cycle III ou cycle des approfondissements. Chaque classe dispose d'un(e) enseignant(e) attitré(e). Les autres classes maternelles et élémentaires sont situées à Miers et Alvignac avec chacune son enseignant. Notre regroupement dispose de 2 aides -éducateurs (personnes mises à disposition des écoles par le ministère de l'éducation).Nos horaires de cours sont : 9h -12h et 13h20 -16h20, chacune de ces demi-journée entrecoupée d'une récréation d'un quart d'heure.

Est-il vrai qu’il y a plus de magasins de fromages que de restaurants ordinaires ?

Quant à savoir s'il y a chez nous plus de magasins de fromages que de restaurants, cela est faux bien - sûr ! Où avez - vous entendu une telle rumeur ? Il est vrai que notre village est très connu par ses petits fromages ronds au lait de chèvre, appelés " cabécous " ou " Rocamadour " en référence à notre cité qui est son aire géographique essentielle de production. Mais nous comptons plus de restaurants et d'hôtels, liés au tourisme, notamment à Rocamadour que de magasins commerçant exclusivement des fromages.

Nos mets préférés selon un rapide sondage effectué en classe

Plats principaux

poulet - frit ("nuggets")

5

Escargots 1

Fondue bourguignonne

4

Blanquette de veau avec riz

1

Cassoulet 1 Fruits de mer 1

Poulet rôti

5

Confits de canard 1

Fondue aux fromages

2

Steak frites

4

Foie gras 6

Raclette aux fromages

5

Pâtes

7

Frites 5

Crevettes

4

Pizza

10

Crêpes salées 1

Huîtres

2

Lapin

1

Salade 2 Pommes de terre sautées 6

Fromages

Desserts

Brie

1

Gâteaux à l'orange

1

Crêpe aumônière 0

Bleu d'auvergne

1

Gâteaux aux 3 chocolats

1

Ile flottante 6

Roquefort

0

Forêt noire

1

Chocolat 3

Cabécous

4

Bavarois

2

Glaces 10

Cantal

1

Miroir

1

Camembert

0

Galette

1

Gruyère

2

Crêpes

1

Tartare

1

Mousse au chocolat

3

Petit déjeuner

Boissons

Brioche

Jus d'orange

Pain tartiné (confiture, pâte à tartiner : nutella, beurre)

Thé glacé

Céréales avec du lait

Pain grillé toasté au beurre

Boissons chaudes

Crêpes

Lait chaud avec du miel

Pescajouns (Crêpes épaisses)

Chocolat au lait

Gaufres

Café au lait

Céréales

Thé

Retour haut de page

L'histoire franco-québécoise Présentation de l'histoire / l'histoire

Présentation

Notre idée de départ était d'écrire avec vous un roman policier. Mais égoïstement, nous n'avions pas attendu votre proposition, pour nous avancer dans notre tâche. Nous avions pensé à un pilote de ligne effectuant la liaison Paris (ou Toulouse) - Montréal, à des vols de tableaux dans des musées de ces villes (Louvre…). Ainsi, il eût été aisé de faire des descriptions des 2 pays. Quelques idées auxquelles nous avions songé : commissaire en vacances à Montréal, prise d'otage, trafic, compagnies aériennes mêlées au vol, pélican voleur, enfants du commissaire menant leur propre enquête, chien pitbull, rocher des aigles de Rocamadour, etc …

Aussi quand nous avons reçu votre courrier avec les résultats des souhaits des élèves quant au type de récit qu'ils souhaitaient, nous fûmes quelque peu décontenancés. Mais très, vite, nous nous lançâmes dans cette aventure, et les idées des enfants, jaillirent et fusèrent, à tel point que chacun y réfléchit individuellement quelques jours, puis nous les avons lues en classe et avons procédés à des votes, effectué des choix et déterminé des caractéristiques, comme base de départ.

Voici celles retenues après vos propositions :

 

Lieu : planète Terre
Date : 2266 ap J-C

Personnage : Éva:

Son rôle : chef des survivants humains après la montée des eaux. Veuve de Max tué par les algues en 2261. Elle habite dans un chalet sur l'île Himalaya entourée de ses compagnons d'armes dans un des rares villages existants.

Les algues tueuses

Leur rôle : elles envahissent les mers et océans à la suite de manipulations génétiques XXI ème siècle. En les transformant, elles sont devenues carnivores et se nourrissent de poissons mammifères et autres crustacés. En 2265 elles apparaissent sur Terre à l'air libre.

Max

Chercheur au centre océanographique de Monaco - Alpes. S'est très vite aperçu des modifications, génétiques catastrophiques opérées sur les algues. Devenues tueuses et menaçantes pour l'homme il a pris la tête des humains. Il est décédé en 2261 victime des algues lors d'une exploration sous-marine.

Terre

Victime de la pollution humaine qui a détruit en très grande partie la couche d'ozone protectrice, elle voit le niveau des mers et océans monter prodigieusement du fait de la fonte des glaces polaires. Seuls émergent les massifs montagneux qui deviennent ainsi des îles refuges pour les humains. Du fait de la montée des eaux, une algue, introduite malencontreusement par les humains après manipulation génétique va se propager sur tous les fonds marins de la planète et va muter en algue tueuse et ainsi dévorer toute forme de vie aquatique.

Nous avons choisi le thème de l'environnement, l'écologie, la pollution lié à la recherche scientifique et aux manipulations génétiques car ce sont là des sujets qui nous intéressent et nous préoccupent.
Pour rédiger ce début d'histoire, nous avons œuvré collectivement durant environ trois demi-journées.
Bon courage à vous. Si vous avez déjà une proposition pour le titre…
Les enfants de CM2.

Retour haut de page

Le roman :

Première partie écrite par les élèves de Rocamadour

Le soleil brille en ce matin de janvier 2266 sur les collines à la végétation luxuriante de l’archipel de l’Himalaya. Éva promène son regard tout autour d’elle depuis le balcon de son chalet, enfoncée qu’elle est dans son hamac. Elle se souvient de Max, des jours heureux, de ses blagues, et se repasse sans cesse dans sa tête les mêmes images : le C.O.M. (Centre Océanographique de Monaco –   Alpes), Taxifolia cette algue omniprésente sur laquelle il effectuait des travaux de recherche, cette couche d’ozone dont l’enveloppe déchirée a provoqué ce maudit réchauffement, et ce paysage d’eau sans fin, à perte de vue.

Cinq ans déjà, et pourtant il lui semble que c’était hier : ce message sur le mobile, l’image de Philippe son ami de toujours et ce courrier électronique laconique, sec comme un gifle : " M. Max Berg est décédé ce jour mardi 12 février 2261 à 14 h 30 G.M.T. Veuillez venir identifier le corps au plus tôt à l’hôpital de Genève. Signé : État de Monaco, archipel des Alpes ".

En fait tout avait commencé au XXIème siècle. La Terre, victime de la pollution humaine avait perdu en partie sa couche d’ozone protectrice et avait finalement vu monter inexorablement le niveau de ses mers et océans de plus de 1000 mètres sur ce terrible siècle du fait du réchauffement considérable de la planète bleue qui malheureusement n’avait jamais autant mérité son surnom.

Parallèlement à cette brusque inversion du climat et donc à cette montée des flots, s’est développé une forte végétation sous marine, notamment une algue : taxifolia qui a très bien su s’adapter à ce phénomène. Les scientifiques, voulant comprendre les raisons de cette parfaite adaptation l’étudièrent très attentivement, cherchant dans ses gènes les raisons de son omniprésence.

Les hommes, quant à eux, pour survivre à ces cataclysmes en chaîne (inondations, torrents de boue dévastateurs, avalanches, pluies torrentielles, violents orages, tornades, ouragans, tsunamis, tempêtes, tremblements de terre, …) décidèrent d’investir les fonds marins afin de s’y établir dans des villes subaquatiques protégées par des énormes bulles transparentes, vivant et se nourrissant exclusivement de produits marins tels crustacés, poissons, mammifères, algues, etc..

Seulement comme tous les humains ne partageaient pas les mêmes opinions, quant à l’organisation et à la politique menée par le prince Poséidon dans ce royaume appelé Atlantide, certains choisirent de s’exiler sur les archipels encore existants à la surface de celle qu’il fallait désormais nommer planète Océan. Ils étaient au nombre de 5, à savoir les Andes, les Rocheuses, Les Alpes, les Pyrénées, et l’Himalaya. La situation s’était ainsi à peu près établie sur ces bases, jusqu’au jour où Karnor l’orgueilleux frère de Poséidon décida d’entamer sa conquête du pouvoir. Pour ce faire, il va établir un plan machiavélique : transformer une algue pacifique en une taxifolia tueuse et ainsi supprimer dans un premier temps les seuls " terriens " vivants sur leurs archipels avant de " s’occuper " des océaniens. Fin 2260, Auranor émissaire de Karnor au C.O.M. après de nombreuses années de recherche parvint enfin à ses fins : obliger cette inoffensive algue à muter en un instrument diabolique et mortel. Début février Max malheureusement pour lui s’en aperçut et prévint sa compagne Éva de sa terrible découverte. Afin de mieux comprendre cette fantastique et oh combien inquiétante évolution, il se décida à plonger mais il n’avait pas vu s’approcher Auranor qui, une fois sous l’eau eut tôt fait de lui couper son alimentation en oxygène dans le but de causer sa perte. C’est Philippe qui découvrit le corps sans âme de son ami et en prévint Éva...

Deuxième partie écrite par les élèves de Sainte-Julie

Auranor ne voulait pas que quelqu’un découvre son crime odieux. Alors, il s’enfuit. Philippe, en trouvant le corps de Max avait remarqué que son dispositif à oxygène avait été vandalisé. Connaissant les mauvaises intention d’Auranor, Philippe eut tout de suite un doute : Auranor était coupable car il s’attaquait à ceux qui tentaient de percer le mystère de la taxifolia. Après d’interminables minutes de discussion avec son amie Éva, ils décidèrent de passer à l’action. Il devait à tout prix faire honneur à Max et découvrir le secret de la taxifolia. Ils avaient aussi des comptes à régler avec Auranor… Ils ne pouvaient pas le laisser continuer ses plans.

Éva organisa donc une petite enquête pour vérifier si Auranor était vraiment le coupable. Elle se rendit au laboratoire sous-terrain d’Auranor. C’est à cet endroit qu’il créait la taxifolia. Éva entra par une fenêtre située dans une pièce obscure. Elle s’assura que personne n’y était, se faufila et se cacha sous une vieille table de bois où soudainement quelqu’un entra et déposa une carte mystérieuse.

Éva, très curieuse, se demanda qui était cette personne. Elle attendit que l’étranger quitte le laboratoire afin de pouvoir jeter un coup d’œil sur la carte qui était, en fait, le plan de la taxifolia; la plante invincible. Éva poursuivit son enquête. Elle sortit de la pièce et se retrouva dans un immense couloir ténébreux.

Au loin, elle aperçut une lumière qui s’alluma et cela attira son attention. Éva s’avança et, sous cette lumière éblouissante, se trouvait une liste noire où figuraient les prénoms de plusieurs individus. Il y avait une croix sur le nom de Maxime.

Les larmes commencèrent à couler silencieusement sur les joues d’Éva. Sa douleur était insupportable. Elle sentait son cœur battre si fort qu’elle avait l’impression qu’il allait exploser. Puis, elle se mit à sangloter sans pouvoir s’arrêter. Auranor, distrait par les pleurs, se laissa guider et c’est ainsi qu’il découvrit l’amie de Max. En voyant Éva devant la liste noire, Auranor devint furieux. Il la fit sursauter et lui demanda d’un ton brusque et sec ce qu’elle faisait là. Éva, surprise, lui posa toutes sortes de questions sans rapport. Ses propos étaient décousus. Elle bafouillait… C’est alors qu’un requin (plutôt somnambule !) se fracassa le crâne sur la fenêtre qui était tout près d’eux. Éva profita du court moment de distraction d’Auranor pour s’enfuir. Elle prit l’ascenseur central qui menait sur les archipels. Afin que personne ne puisse la suivre, elle activa une puce-virus électronique qui créa un court-circuit. L’accès aux archipels était ainsi temporairement fermé. Ouf ! Elle était saine et sauve !

Exténuée et désemparée, Éva parvint à se rendre à sa demeure. Elle se dirigea rapidement au téléphone pour contacter Philippe. Éva lui expliqua en détail sa mésaventure. Elle n’avait pas réussi à savoir pourquoi Auranor avait tué Max. Elle se devait de poursuivre l’enquête mais ne savait pas de quelle manière.

Le lendemain, Éva et Philippe se rencontrèrent pour mettre au point un plan plus efficace. Il n’y avait plus de doutes, Auranor était impliqué dans l’accident mortel de Max. Mais leur vengeance serait maintenant plus difficile car Auranor savait qu’il était pourchassé. Et si Auranor effaçait toutes les traces de son crime ? Et quel drame s’il prenait la décision de détruire le plan de la taxifolia ! Philippe et Éva étaient de plus en plus inquiets. Mais une chose était certaine, ils ne devaient pas perdre de temps. Éva avait déjà vu le plan de la taxifolia. Ils devaient à tout prix trouver un moyen pour retourner au laboratoire et s’emparer de ce plan. Leur idée était faite. Demain, au petit matin, déguisés en inspecteur des bâtiments, ils se rendraient au laboratoire. Cette astuce devrait être suffisante pour déjouer les gardiens et ainsi accéder au laboratoire d’Auranor. Puis, ils pourraient dérober le plan de la taxifolia pour pouvoir l’étudier.

La suite proposée par notre classe ( 13 / 04 / 2000 ) troisième partie.

Le laboratoire était devenu une véritable forteresse sous l’impulsion des ordres donnés conjointement par Auranor et Karnor. En effet, ce dernier alerté par son émissaire au C.O.M. avait décidé de se rendre sur place pour contrôler la production ultrasecrête de taxifolia. Ce plan machiavélique devait lui permettre à terme de remplacer son frère jumeau sur le trône de l’Atlantide. Poséïdon et Karnor possédaient une particularité biologique découverte à leur naissance : une hypermotiose (quand un des deux frères se blesse, l’autre éprouve la même souffrance). Le dispositif de protection mis en place par Karnor se présentait comme suit : faisceaux lasers de télé détection autour du bâtiment ainsi que des caméras couplées à des armes multiples, rayons infrarouges à trajectoires croisées positionnés dans le hall et devant les accès à l’ascenseur. Des robots surveillants patrouillaient en permanence dans les couloirs et transmettaient leurs informations au P.C. Cette armada technologique se complétait par des moyens humains renforcés. Samedi matin, 8 heures précises. Eva et Philippe, déguisés en inspecteurs des bâtiments sous-marins et aquatiques, (le B.V.B.S.M. : Bureau de Vérification des Bâtiments Sous – Marins) se présentèrent à l’accueil du C.O.M. Ils avaient revêtu la tenue classique blanche et bleue accompagnée de la casquette marine qui faisait si peur à tout responsable de constructions du fait de leur pointillisme. Philippe tenait fermement dans sa main droite son attaché-case et Eva, quant à elle, portait en bandoulière un sac à dos contenant son ordinateur mobile. Tous deux s’étaient procurés leurs tenues d’inspecteurs grâce à Joe le cousin d’Eva propriétaire d’un pressing à Genève. Après s’être présentés sous les identités des agents Laurine et Franck à la secrétaire de l’accueil du C.O.M., ils empruntèrent l’ascenseur central délivrant le laboratoire sous – marin (celui – là même qu’avait réussi à bloquer la veille Eva à l’aide de sa puce – virus ). Laurine, avait bien l’allure d’une jeune femme de vingt – six ans, monégasque, aux cheveux châtains clairs, coiffée avec une queue de cheval. Ses yeux bleus, et son allure sportive ( elle pratiquait le judo occasionnellement et la natation assidûment : elle avait même été sacrée championne des archipels en 200 mètres dos, il y avait maintenant 5 ans) en faisaient une jeune femme au corps d’athlète. Une fois parvenus dans le hall du laboratoire, nos deux agents se dirigèrent, en feignant de se guider à l’aide du plan affiché sur l’écran de l’ordinateur de Philippe, vers la première porte du sas donnant accès au couloir à l’extrémité duquel se trouvait le bureau d’Auranor. Après l’ouverture de la seconde porte du sas grâce au système électromagnétique dont disposait Philippe ils s’enfoncèrent dans le couloir et parvinrent au bureau où était entreposé le plan dans un fichier de l’ordinateur principal. Après avoir déverrouillé les différents codes de protection de cet appareil, Philippe parvint à détruire ce fichier et à le remplacer par celui qu’ils avaient préparé sur leur ordinateur mobile. La liaison s’effectuait via un faisceau infrarouge. Une fois le plan initial remplacé par celui-ci très ressemblant mais produisant des algues inoffensives, l’ordinateur de poche de nos deux agents s’autodétruisit en même temps qu’il effaça toutes les traces de ce transfert sur l’appareil d’Auranor. Eva jeta un rapide coup d’œil sur sa montre chronomètre. Elle indiquait 3 minutes et 59 secondes, il ne leur restait donc plus qu’une minute et une seconde pour quitter cette pièce avant que les caméras diffusant en permanence les images de ce bureau ne retransmettent la réalité. En effet, Eva avait mis en place un procédé détournant le champ de vision des huit caméras via la sienne intégrée dans l’écran de son mobile. Philippe en rangeant le mobile d’Eva dans son attaché - case fit malencontreusement tomber le verre d’eau posé sur le bureau d’Auranor. Celui-ci en se brisant déclencha une alarme de par son timbre très aigu. En un éclair Eva et Philippe se regardèrent fixement. Tout était donc perdu et leurs efforts allaient être vains. Immédiatement le bureau fut isolé du reste du bâtiment, la porte s’était refermée. Une fois Auranor et Karnor sur les lieux escortés par des gardes, les regards d’Eva et Philippe se croisèrent. Il y avait dans ces yeux du dépit et de l’abattement.

- C’est gentil d’être revenu nous voir ! Peut-être aviez vous oublié quelque chose ? Aviez-vous à ce point peur de nous que vous vous êtes fait accompagnée, agent Laurine ou plutôt mademoiselle Eva ? dit Auranor à son tour en fixant les yeux bleus de l’ancienne compagne de Max.
C’en était trop pour Philippe.

- Tais-toi donc, assassin !

Karnor d’un geste de la main fit signe à ses gardes de s’emparer de ce dernier, un peu trop bavard à son goût. Alors que les gardes l’amenaient vers ce qui allait devenir son tombeau, dans un dernier sursaut il lançait :

- Me faire disparaître ne résoudra pas tes problèmes Karnor ! Auranor a couché ton nom sur sa liste noire !

- Quelle liste noire ?

- Ne l’écoute pas ! Il essaie de nous embrouiller pour reculer son échéance !

- Oui je l’ai vu ! Et tu le sais bien Auranor ! dit Eva.

- Ça suffit répliqua Karnor ! On verra ça plus tard ! Emmenez cet homme dans la fosse aux requins

- Non, non ! cria désespérément Eva avant d’être maîtrisée par trois solides et robustes gardes.

La jeune femme, les larmes aux yeux vit son compagnon s’éloigner et disparaître à jamais. Ainsi, une nouvelle fois la mer enlevait à Eva ce qu’elle avait de plus cher. Et pour la seconde fois Auranor s’y trouvait mêlé (il en était directement la cause). Accablée de malheurs, Eva se souvint quand même qu’avec Philippe ils étaient parvenus à stopper la prolifération de l’algue tueuse en en modifiant secrètement le plan dans l’ordinateur central. Auranor et Karnor décidèrent alors de transférer Eva dans une pièce du musée océanographique, escortée par de nombreux gardes armés. Une fois dans ses nouveaux locaux, la seule porte donnant sur l’extérieur se referma lentement commandée qu’elle était par un complexe système électronique. A travers le petit hublot, Eva vit un visage connu s’approcher d’elle et lui adresser un énigmatique clin d’œil. C’est à cet instant précis que retentit dans l’ensemble des bâtiments l’alarme sinistre. Le niveau 5 était affiché sur les écrans de tous les moniteurs présents dans les locaux. Karnor se précipita dans le bureau principal où était installé le poste de commande de sécurité. Il lut avec effroi le message suivant :

De : S.O.U.R.I.S. ( Système Orbital Universel de Recherche et d’Informations liées à la Sécurité)
A : Responsables des différents royaumes et archipels de la planète
Envoyé le : Samedi 21 juin 2266 – 11 h 15 min 28 s G.M.T.
Objet : alerte niveau 5 collision météorite géante.

Collision avec astéroïde de 2000 km de diamètre prévue pour dans trois jours mardi 24 juin 10 h 00.
Lieu de contact : 31,14° Nord ; 121, 28° Est.
Destruction probable de la Terre.
Réunion d’urgence dans 3h00 à la salle du trône, royaume de l’Atlantide.
Un émissaire de Poséïdon vient vous prendre dans 25 minutes 00 s devant le musée océanographique.
Présence d’Eva obligatoire.

    Eva était toujours intriguée par le clin d’œil de Philippe. Comment Philippe avait-il fait pour se sauver de la fosse aux requins et des gardes ? Dans sa tête, les idées se bousculaient. Elle essayait de comprendre ce que Philippe avait en tête.
    Philippe avait été drôlement chanceux de pouvoir échapper aux mains de tous ces gardes des fonds marins qui l’escortaient jusqu’à la fosse. Comme les gardiens n’étaient pas des plus intelligents, rendus près du bassin, Philippe s’arrêta brusquement et les gardes qui marchaient d’un pas décidé tombèrent dans l’eau. Ils se débattaient sans cesse afin de ne pas être dévorés par les affreux requins. Philippe qui regardait la scène (et qui s’en réjouissait !) sortit son " Twisto-folie " (engin qui crée dans l’eau une turbulence) de son sac et le lança dans l’eau. Soudain, un énorme tourbillon marin se forma et entraîna tous les gardes vers le fond du bassin. Le courant était si fort qu’ils s’assommèrent sur les parois. Puis, affamés, les requins en ont fait qu’une bouchée… Une marre de sang remplit le bassin. Enfin ! Philippe était débarrassé et il ne lui restait qu’à trouver un plan pour sauver Eva…
    C’est alors qu’il pensa à écrire le fameux message aux responsables des différents royaumes et archipels de la planète afin de piéger Auranor et Karnor. Ainsi, il aurait la possibilité de délivrer Eva.
    Puis, il écrivit un deuxième message à l’aide de son ordinateur portable. Cette fois, il demandait du renfort à tous les habitants des Archipels.

"  AVIS À TOUS LES HABITANTS DES ARCHIPELS…

Demandons renfort. Rendez-vous à la salle du trône, royaume de l’Atlantide à 3h00. Vous devez porter :
- un casque de protection
- un habit d’identification
que vous pourrez vous procurer au nettoyeur Joe à Genève. Identifiez-vous au préposé à l’aide du code suivant :

h d ` _ ^ Y e

Signé : Philippe 

Philippe avait pris le soin d’envoyer une note spéciale à son oncle qu’il appelait amicalement tonton Andrew. C’est à lui qu’il a donné la mission de se déguiser en émissaire pour ensuite aller chercher Karnor, Auranor et Eva afin de les conduire à la salle du trône.
    Puis, Philippe s’empressa de se rendre au point de rencontre pour installer son arsenal de caméras. En effet, une douzaine de caméras étaient reliées à une centrale où Philippe s’était logé. Ces caméras lui permettaient d’avoir des séquences d’images au moment opportun. À l’aide d’un micro, il pouvait communiquer avec tous ceux qui participaient à la mission. Dans le casque, il y avait un dispositif sonore qui diffusait l’information à tout le monde. Ainsi, les actions posées étaient mieux coordonnées. En plus des consignes données via le microphone, un appareil à distinguer les personnes faisait partie du casque. Toutes les personnes qui portaient ce casque avaient la possibilité de s’identifier entre elles et ainsi éliminer la possibilité d’intrusion par un ennemi. Le casque était aussi muni d’une visière infrarouge pour voir dans le noir.
    3h00. Tout le monde est arrivé. Philippe et ses acolytes sont prêts. Au loin, on vit un engin aquatique, un turbonium, qui transportait Auranor, Karnor et Eva. Après leur arrivée, Philippe décida d’envoyer deux de ces gardes pour les accueillir et les inviter à les suivre vers la salle du trône. Par la suite, les gardes les amenèrent dans une pièce inconnue. Eva était bien sûr avec eux.
    Dans cette grande pièce peu éclairée, se trouvait une quantité impressionnante de plantes; la taxifolia. Les plantes étaient dans un état lamentable. Elles s’atrophiaient. Les feuilles commençaient à se décomposer. La plante était devenue inoffensive , car Eva et Philippe avaient réussi à renverser le processus de la taxifolia. Auranor et Karnor étaient en colère. Leur création était en si mauvais état. Ils se questionnèrent. Qui avait bien pu faire cela ?
    Les deux gardes qui les accompagnaient entendirent la voix de Philippe qui venait de leur casque. Philippe commanda à ses deux gardes de faire évacuer Eva de la salle. Ils emmenèrent courageusement Eva hors de la salle du trône en la dissimulant derrière leur grande cape.
    De l’autre côté de la porte, plusieurs gardes attendaient. Lorsque Eva fut sorti de la salle, elle se fit mener dans le turbonium afin qu’elle soit en sécurité.
    Auranor et Karnor ont vite réalisé qu’ils s’étaient fait manipuler. Enragés, ils sortirent de la pièce et coururent vers la sortie pour tenter de rattraper les gardes qui avaient secouru Eva. Les corridors étaient bondés de monde. Plus moyen de reconnaître qui que ce soit. Quand ils franchirent la sortie, Auranor s’arrêta brusquement en voyant un minuscule bout d’algue qui ressemblait drôlement à la taxifolia… Il glissa la plante dans ses poches.
    Eva et Philippe s’étaient fait jouer… Bien qu’ils avaient réussi à renverser le processus de mutation de la taxifolia, ils n’avaient pas prévu que cette plante pourrait se reproduire une fois morte. En effet, la taxifolia pouvait se reproduire. Il suffisait qu’une seule cellule ne soit pas encore affaiblie pour que la plante puisse continuer à vivre. Au contact de l’eau, la cellule se multipliait et donnait vie à de nouvelles cellules.
    La plante ne s’était pas retrouvée là par hasard. Philippe et Eva, en touchant à la plante, n’avaient pas réalisé qu’ils avaient encore quelques particules sur eux. Quand ils s’échappèrent à la course du laboratoire, le vent fit détacher les cellules de leurs vêtements et celles-ci tombèrent dans l’eau. La plante pouvait à nouveau vivre…
    Auranor se pencha pour récupérer la nouvelle plante qui poussait à une vitesse fulgurante. En la regardant attentivement, il remarqua que la taxifolia n’avait plus la même couleur. Il la mit dans sa poche pour l’examiner de plus près une fois rendu dans son laboratoire. Tous les gardes qui accompagnaient Philippe dans sa mission ont vu le geste d’Auranor et ont tout de suite informé Philippe de la situation.
    Philippe soupçonna alors Auranor de vouloir recréer la taxifolia. Il se dépêcha à prendre un rendez-vous avec un spécialiste en micro-biologie pour lui demander son avis d’expert. Aussitôt rejoint, le spécialiste se rendit dans le laboratoire escorté par un arsenal de gardes. Avec toute cette troupe, ils réussirent facilement à entrer dans le laboratoire d’Auranor.
    Le micro-biologiste prit le temps d’examiner la plante. Il découpa une petite partie de la taxifolia et l’observa à l’aide d’un microscope. Une petite particule attira son attention. Il agrandit l’image pour mieux l’analyser. Il se rendit comte que lorsque la taxifolia était coupé, automatiquement, une autre plante se créait. Après quelques minutes, il se souvint de ce qu’il cherchait depuis toujours : le remède au cancer ; cette maladie qui tue tant de gens. Le micro-biologiste fouilla dans son sac et en sortit une éprouvette dans laquelle des échantillons de cellules cancéreuses se trouvaient. Ils les mélangea avec l’échantillon de taxifolia puis attendit patiemment la réaction. Soudainement, les cellules cancéreuses se détériorèrent pour ensuite mourir. Fou de joie, il saisit maladroitement les résultats de son expertise. Tout à coup, Karnor et Auranor firent leur entrée dans le laboratoire.
    C’est alors qu’ils s’aperçurent que tout le monde était fou de joie. Karnor et Auranor ne comprenaient pas pourquoi. Tout le monde sortit en criant VIVE LA TAXIFOLIA ! VIVE LA TAXIFOLIA !
    Auranor et Karnor ne comprirent pas tout de suite la raison pour laquelle Philippe et ses amis avaient décidé de laisser vivre la taxifolia, mais cela ne les dérangeait pas car, dans leur réfrigérateur, ils avaient pris soin de garder des cellules de la taxifolia original. Personne ne le savait et Karnor et Auranor attendaient le moment idéal pour faire resurgir cette plante maléfique...

FIN !

 Retour haut de page